Wolfram : une autre source d’information sur le web

Publié le par Webax

Wolfram est un moteur de recherche d’un genre assez spécial : il répond à vos questions directement sur la page de résultats et ne vous propose pas, contrairement aux autres moteurs de recherche, des liens vers des sites.

 

Wolfram permet de résoudre des calculs mathématiques très complexes au traitement d’informations sociologiques, politiques et économiques. La force de Wolfram est d’apporter une réponse détaillée aux questions plus ou moins complexes que l’on pourrait se poser, et cela directement à partir du site.

 

Wolfram est très puissant, mais remet quand même en cause un certain système de partage de l’information sur Internet : en effet, au lieu de renvoyer l’utilisateur vers les sources, il affiche directement les sources à partir de sa plateforme, et cela sans les citer immédiatement. Certes, l’information y est très complète et bien présentée, mais que fait on des sources qui ont-elles même crées ou traitées cette information au départ ?

 

Cela pose donc deux types de problème

.   L’ignorance des sources à l’origine de l’information présentée sur Wolfram (elles ne sont pas vraiment mises en valeur)

.   Une remise en question du modèle économique (et surtout publicitaire) de l’Internet, que l’on rencontre avec tous les outils d’agrégation de contenu : La source de départ ne profite pas de l’information qu’elle a crée, aussi bien en terme de reconnaissance (notamment parce qu'elle n’est pas citée ou bien n’est pas très bien mise en avant en tant que source) qu’en terme de revenus (notamment lorsque nous avons à faire avec un site tirant ses revenus de l’impression de bannières publicitaires).

 

Wolfram est un projet assez énorme et impressionnant, avec un algorithme très puissant. Mais il remet en question le modèle des sources qui doivent bénéficier aussi des informations qu’elles ont crée ou traité. Certes, les robots de Wolfram extraient leurs informations des sites encyclopédiques ou de sources scientifiques des plus sérieuses et des plus prestigieuses, et donc en général des sites ne tirent pas de revenus directs de l’Internet comme un site classique.

 

Mais imaginons que Google développe de manière plus importante ce genre de modèle… Cela pourrait poser un léger problème pour les sites sources… notamment d’informations généralistes qui tirent en majorité une grande partie de leur revenu de la publicité.

Publié dans Publicité en ligne

Commenter cet article